Suite au premier sujet expliquant de manière général ce que cache le nom barbare DNS, voici un autre article orienté premier niveau.

Allez rien de rebutant, je vous jure,  un peu de connaissance ne nuit jamais.

Dans le tableau ci-dessous est représenté un tableau de type généralisé de ce que vous pouvez retrouver dans les enregistrements DNS:

Quelques termes :

TTL : (time to live), temps de conservation d’un enregistrement dans le cache local du serveur détenteur de l’enregistrement. Permet aux serveurs intermédiaires de connaître la date de péremption des informations et ainsi savoir s’il est nécessaire ou non de la revérifier.

D’une manière générale, un enregistrement DNS comporte les informations suivantes :

Nom de domaine : le nom de domaine doit être un nom (FQDN, Fully Qualified Domain Name, soit Nom de Domaine Totalement Qualifié). Exemple :  zenmail.biz. <— (Vous avez vu le point à la fin, si vous l’omettez, il sera automatiquement ajouté lors des requêtes).

Type d’enregistrement.

A :    Met en relation un nom (en général le nom physique d’un serveur) avec une IP.

CNAME (Canonical Name) :  Permet de donner un alias à un nom, pour des besoin votre serveur nommé « Exchange » peut être nommé (ALIAS)  « MAIL »  pour les besoins d’une redirection DNS.


 

MX (Mail eXchange) : impératif pour rediriger un flux vers un serveur de messagerie. Si vous envoyer un mail vers  [email protected], interogation du DNS et envoie vers le serveur de méssagerie.

NS : correspond au serveur de noms ayant autorité sur le domaine.

SOA (Start Of Authority) : le champ SOA permet de décrire le serveur de nom ayant autorité sur la « zone » –> (zenmail.biz).

PTR: qui associe une adresse IP à un enregistrement de nom de domaine, aussi dit « reverse » puisque il fait exactement le contraire de l’enregistrement A

Ces Sujets vous intéresseront :