Marathon de Brussels 2015

By | 1 décembre 2017

Le Marathon de La Rochelle et le Marathon de Paris m’ont laissé un goût d’inachevé. J’ai toujours pensé que se fixer des objectifs permet d’avancer dans la vie.  Je me suis donc dit, tu dois en réaliser un en – de 4 H. Me voilà donc embarqué ce dimanche 04 octobre 2015 avec jejepasnet au départ du Marathon de Brussels et si il n’y a pas beaucoup de participants, il y a des côtes !

 

 

Pré en bulles …

Le semi-marathon devient plus facile, à tel point qui se généralise. La vitesse aussi se précise, je tourne autour des 11 km/h sans accuser. J’évite le sûr-entrainement et fais quelques séances de fractionnés. Je suis confiant, je n’ai pas de programme précis, ni ne suis vraiment de régime particulier. Je cours toujours avec le même groupe d’ami Jejepasnet Quoctuan, Krystof, tous les dimanche matin.  Dans notre routine, nous ajoutons un peu de déniveler pour compenser le fractionné. Tout le monde est motivé !

Je me suis acheté la première TomTom Runner Cardio,  un petit test, je suis en tout point d’accord avec cette article (faut aussi se replacer 2 ans auparavant les montres ne sont plus ce qu’elles sont maintenant).

L’inscription et Le Village Marathon !

Brussels est une capital que je n’avais pas visité, je me suis dit autant lié l’utile à l’agréable (hum!) et visiter une capitale en courant. A que cela ne tienne ! Donc, inscription bourré mais en connaissance de cause, des cacahuètes un match de Nantes et une inscription bien rempli pour la modique sommes de 65 €.

Arrivée le vendredi soir après quelques heures de routes, on a eu de la chance on a réussi à avoir un 5 étoiles pour rien du tout. A peine arrivée qu’un groom me prend mes bagages, je ne me laisse pas faire ! On a le temps de se balader et de découvrir les restaurants locaux. Léon de brussels gagnera fasse aux arnaqueurs à la sauvette ! Il fait doux, un temps idéal pour courir. Brussels est joli, deux jours et demi suffisent pour en faire le tour.

Samedi matin direction le « Village Marathon »,  petit simple pas de queue on rentre on ressort, il n’y avait rien à voir ! Un barnum géant posé au milieu d’une place. Petit clin d’œil à La Rochelle, j’avais prévu les épingles. Nous ne nous refusons rien ! Une petite bière belge le soir avant de s’endormir avec un Jazz-man au piano, le top du top ! Comme dit Jejespanet, je ne voyagerai plus qu’avec Isabelle Tour (ma femme).

Marathon

Un si petit marathon, qu’il n’y avait vraiment pas foule 2363 participants inscrits seulement sur le marathon.

Le dimanche 04 octobre 2015, lors de la 12ème éditions du Marathon de Brussels, ce n’est pas moins de 2071 marathoniens qui prendrons le départ pour 2008  à l’arrivée. Je suis étonné qu’il n’y ai eu que 63 défaillances vu le niveau de difficulté de ce marathon.  Attention petit marathon ne veux pas dire petit moyen !  A brussels, ils savent s’occuper de nous !

Résumé de la course

Comme échauffement 20 minutes de marches depuis l’hôtel 5 étoiles. Il fait 8°, nous marchons vite et nous ne sommes pas seuls à nous empresser. Il est 9 h, j’ai un sac poubelle jaune de Nantes métropoles sur le dos, nous sommes dans le SAS des 4h . Il’y a un américain à notre gauche avec un maillot « A marathon in 50 states« , la classe !  Avant de partir je me suis enfilé une bouteille de 50 cl de Powerade et j’en ai une sous le bras pour après le 21ème ! (la peur de manquer chez celui-ci !).  Pour ce marathon je cours très léger , short  le plus court possible et tee-shirt aéré ! Ma TomTom en mode course me marque « Ready« , La présentatrice fait le décompte en plusieurs langues 5.4.3.2.1.0 et hop !!!! Il y a énormément d’ambiance et si peu de monde.

Bang ! Départ sur les chapeaux de roue à allure marathon, on est tellement peu nombreux que nous ne sommes gêné par personne, un vrai régal! La tendance est plus de courir en file indienne c’est marrant ! Alors pour situer ou je suis dans le peloton, je me fait vite doubler par un mec torse nu en Rangers et j’en suis un autre qui court pied nu. Pourquoi pas ! Un autre est en minimaliste (ça venait juste d’être à la mode ) donc …

Très vite, un décalage se fait entre ma TomTom et le kilométrage réel, au 3ème j’ai 100 mètres de retard et au 5ème 200, la montre où le fait de passer dans les tunnels? Brefs …. des détails très vite oublié grâce au parcours magnifique, pour vous dire, débarqué devant un petit lac à la fraîche en fil indienne avec une légère brume, les reflets du soleil : « Magique ! » J’en garde de grand souvenir. Pour moi un des plus beau marathon.

Sinon revenons à nos moutons, la difficulté 420 mètres  de dénivelés positifs pour  400 mètres de dénivelé négatifs. Ces couillons ne font que te faire descendre et remonté.  Insensé !  Avant le 19ème kilomètres les petits dénivelés s’enchaînent s’en entamer le moral. Je me sent tellement bien que je fais le 14ème kilomètre en 12,1 km/h (il était en descente). Au Semi,1h54 de course, je suis mitigé, car j’ai laissé un peu de force dans la bataille, s’entame une guerre psychologique entre moi et les organisateurs qui ont laissé un tas de saloperie pour me flinguer le moral !

Le début de la galère commence au 24ème, imaginer le tableau vous avez une belle vu devant vous et voyez que sa descend pas mal pendant quelques kms. De l’autre coté, un gars court très vite dans le sens inverse, lui il est au 31 ème km (mon cerveau note côte difficile au 31 ). Au 26ème arrivé dans un parc descente abrupte (mon cerveau note remonté abrupte). Bref, je vous la joue courte je fais le tour du lac en bas de la monté au 29 ème je me prends la claque ! Je n’arrive pas à repartir, début de la galère, jejespasnet me lâche.  Je sais que j’ai de l’avance sur mon chrono des -4h, mais je sens que ça va être très très très (très) dur.

Ce qui m’a sauvé, le nombre de ravitaillement était colossal, 1 tous les 2kms et demi. Ca m’a refilé du boost pour repartir, je n’ai fait que courir et marcher dans les côtes mais je l’ai fait jusqu’au bout. Quand je revoie les photos de moi,  j’en chie des ronds de chapeau ! Je me fais doubler par le ballon des 4h au 35ème km. Je ne sais pas comment, je fais pour continuer à courir, je chope tout ce que les gens me file à manger sur le bord de la route, bonbons sucre etc … ( heureusement qu’il n’y avait rien d’autre !) , côte de 2kms du 36 au 37km;  je sprint vers la ligne d’arrivée. Jejepanet est déja là, le mec avec ses rangers aussi !

Conclusion

Le Marathon de Brussels me laisse un très bon souvenir malgré la difficulté, je ne m’explique toujours pas la performance du jour. Je m’arrache pour finir difficilement en 4:10:50 , jejepasnet lui réalise son premier score : 3:50:41.

Ah oui, une anecdote me revient, je vous ai dit que j’était étonné qu’il y ai autant de finishers, car les organisateurs, ont passé la voiture balais à – de 5h. Dés que la voiture balais passe les bénévoles se casse avec les ravitaillements, vous en chier et en plus, on vous coupe les vivres (à bah non c’est normal)!

Tracé de la TOMTOM :

Niveau Stats, je suis beaucoup dans le rouge une bonne partie du temps, Je ne me suis pas économisé. Je n’ai vraiment pas fait une course intelligente, mais en même temps ça à marcher, j’ai réalisé sur ce Marathon de Brussels mon meilleur score. Comment dois-je l’interpréter ? Jejespanet me parle de constance de rythme etc …. Il a raison, vais-je l’écouter ?

La médaille :

Donnez-moi votre avis sur ce marathon ! Facile ? Du pur bonheur ? Une horreur ! Allez-y de vos commentaires !

 
Author: matstar

Administrateur système et réseau depuis quelques années, j'ai créé ce blog comme carnet de route. De petits rien qui j'espère profiteront au plus grand nombre !

Laisser un commentaire