Qui n’a jamais voulu se frottemarathon de Parisr à la distance mythique du marathon? Non? Bon bah moi j’ai eu envie! J’ai naturellement commencé par le mythique « Paris« . Roulant, Plat, pas trop de difficulté… euh…  c’est ce que j’en ai retiré des discussions avec les différents aficionados de ce genre de course ! Je vous donne mon ressenti sur ce « Marathon de Paris 2013 »

 

Pré en bulles …

Petit coureur, j’ai commencé à allonger les distances à partir de 2007 et s’aligner  au départ d’événement  comme « les Foulées du Tram« . Puis, par bêtise ou défi, j’en suis arrivé au semi de Paris en 2011 et l’ai terminé difficilement. Faut dire que je ne suis pas un coureur né, comme dirait un ami, j’ai de gros os . Comment ais-je pu m’inscrire à ce foutu marathon de Paris, je devais trop boire à l’époque, je ne m’en souvient plus !

L’inscription et Le Village Marathon !

De vague souvenir me revienne finalement ! Avec Jejepasnet devant mon écran sur la page d’inscription, je charge mon certificat médical et je m’allège des 95 € de frais d’inscription. Les 10 000 premiers inscrits bénéficient d’un tarif préférentiel, à savoir 65 € au lieu de 80 (13 500 places suivantes) et 95 (13 500 dernières places).  Quelques mails/semaines plus tard , j’avais ma confirmation d’inscription. Il n’y avait plus qu’ à le faire !

Le samedi, fraîchement arrivé sur Paris nous voila dans « Le Village Marathon », véritable sanctuaire du coureur, ou tout est présenté ! Du vendeur de chaussures/lunettes/montre connectés, aux stands de futurs marathons internationaux, salons de massages, produits digestifs ?? même des stands de vin parfois. Bref la foire !

Au départ, vous venez pour chercher votre dossard, et vous retrouvez dans de grand couloirs rempli de monde. Personnellement, je n’aime pas trop la foule , je n’y ai  passé moins d’une heure car très peu d’attente au remise de dossards et que je n’avais pas envie de faire  mes emplettes. Donc plus qu’ à s’asseoir et profiter d’une petite mousse (faut pas changer ses habitudes non plus !).

Marathon

Le dimanche 07 avril 2013, pour sa 37ème édition, c’est 49 814 inscrits pour 39 967 partants et approximativement 42.195 km de course dans les rues de Paris en traversant le bois de Boulogne.

plan

Comme vous pouvez le voir sur la carte, le parcours nous fait visiter tout paris et une grande parti de ses monuments. Parcours sympa sans trop réelle difficultés à part soit même.

Une horloge bien réglé !

Selon vos espoirs/stratégies/forme vous exprimez un objectif et vous placez dans un SAS de départ pour partir à un horaire bien précis ! Ne vous inquiétez pas, eux ils ne seront pas en retards dans leurs temps !

heure de départ

L’entrée dans le SAS, Une pression grandissante !

Jejepasnet, Ekotaf sommes venu à la fraîche pour 8 h 15, et surtout ne pas rater le départ, la foule est déjà importante. De grands promontoires sont la avec des coachs qui vous chauffes (étirement/stretching/ course sur place ) Ho !!! on se calme je vais être crevé moi !

SAS

Qui qu’est la ?

Un peu de stats, c’est toujours sympa !

  • 136 pays représentés

France : 25 256 (65.28% contre 63,82% en 2012) – Etrangers : 13 434 (34.72% contre 36,18% en 2012)

Grande Bretagne : 3 265 (8.44% contre 9,62% en 2012)
Etats Unis : 1026 (2.65% contre 3,30%)
Italie : 971 (2.51% contre 2,84% en 2012)
Allemagne : 728 (1.95% contre 2,09% en 2012)
Espagne : 624 (contre 1,88% en 2012)
Belgique : 615 (1.59% contre 1,46% en 2012)
Irlande : 558 (1.44%)
Pays-Bas : 437 (1.13% contre 0,98% en 2012)
Australie : 389 (1.01% contre 1,02% en 2012)
Suède : 343 (0.89%)

categories

Les temps !

  • 47 coureurs en moins de 2h30 (40 hommes et 7 femmes)
  • 1 123 coureurs en plus de 2h30 et moins de 3h (1 095 hommes et 28 femmes)
  • 5 130 coureurs en plus de 3h et moins de 3h30 (4 899 hommes et 231 femmes)
  • 10 811 coureurs en plus de 3h30 et moins de 4h (9 426 hommes et 1 385 femmes)
  • 10 338 coureurs en plus de 4h et moins de 4h30 (7 922 hommes et 2 416 femmes)
  • 6 620 coureurs en plus de 4h30 et moins de 5h (4 558 hommes et 2 062 femmes)
  • 3 047 coureurs en plus de 5h et moins de 5h30 (1 937 hommes et 1 110 femmes)
  • 1 135 coureurs en plus de 5h30 et moins de 6h (661 hommes et 474 femmes)
  • 439 coureurs en plus de 6h (241 hommes et 198 femmes)

Résumé de la course

Le départ est donné, je me retrouve entouré de deux amis venu pour l’occasion. Tout le monde le sait, se prouver qu’ensemble, un marathon c’est facile ! (ou l’art de la connerie en partageant un cerveau pour 3). Les premiers kms sont aérien, on se laisse facilement transporter jusqu’au 5eme /10eme/15eme voir même le premier semi.  Pas de douleur, un petit pipi qui traîne, je décide de m’arrêter (boulette) !  J’ouvre les premières toilettes (ah quel horreur !) les secondes, bon bah ça sera la troisième ! (purée j’ai perdu facilement 2’30 minutes avec mes conneries !)

Je repars seul, avec un bon break, ah oui il est important de spécifier une chose ! Comme trois bons intellos, nous étions parti avec un sac sûr le dos  rempli de powerade + comme il faisait froid un coupe vent ( ne faite jamais ça, sauf si vous êtes habitué bien sur !). Car oui faire un marathon avec une surcharge de 2 kg, c’est très malin !

Bon 21eme to 31eme, et là je sure-ventile, plus mal de dos, impossible de respirer c’est affreux, pas de ravitaillement et je ne supporte plus le powerade que je transporte. Ce qui est bien, c’est que je n’ai aucun souvenir de mes douleurs musculaires (j’ai tellement mal ailleurs !). Bref avec 2 breaks (21eme et 31eme) mes jambes sont clouées sur place. Impossible de recourir !  Ca va être long ……

Ce qui est « rigolo », c’est le monsieur qui s’arrête en boitant à côté de vous en gueulant  » Ah……. ça y est j’ai déchiré ma deuxième jambe ». Ou le mec qui s’est écroulé au troisième km (peut-être moins drôle finalement !) . Du monde, est là pour encourager, pour rebooster ? pas toujours!  J’essaie de repartir, c’est dur ! Trop de doute j’essaie de finir difficilement …. Je ne suis pas vraiment fier de moi et me dit que je ne recommencerai jamais !!!!!!

Conclusion …

Paris est une belle ville, un séjour sympa, mais des lendemain très dur surtout à remonter les marches. Pourquoi j’ai fait ça ! Je me suis dit mais quelle connerie ! plus jamais je ne ferais ça ! Un marathon c’est 42.195 sur le papier, mais on ne s’invente pas coureur !

Sans réel ambition, avec un entraînement très moyen, je termine mon premier marathon dans la douleur (04 H 41’51 »). Ce que je retiens de ce marathon est une organisation sans faille, presque militaire. Malgré le monde on est toujours à l’aise pour courir. Les difficultés sur ce parcours sont celles que l’on s’impose à soit même !  Il faisait relativement frais, un petit soleil sur la fin des conditions idéal pour un marathon.

Le tee-shirt et la médaille !

médailleDonnez-moi votre avis sur ce marathon ! Facile ? Du pur bonheur ? Une horreur ! Allez-y de vos commentaires !