Puissance 4, Monopoly, Trivial Pursuit, Dessinons la mode, Pièges !, Destins le jeu de la vie, La bonne paye : que de souvenir pour nous (petite liste qui nous donne un coup de vieux, n’est ce pas ?). De longs après midi d’hiver à jouer avec ces jeux de société (et nombreux autres).

Mais dans le lot, il y avait aussi un jeu de bataille navale : touché-coulé. Rappelez-vous quand vous annonciez fièrement : « A8 » et que votre adversaire vous répondez « Il a coulé mon porte avion ! ». Qui à l’époque se serait douter qu’un film aurait pu se baser sur ce jeu de société ? Comment écrire un scénario sur ce jeu de société ? Pourtant, en cette année 2012, Hollywood a sorti un film sur le sujet : Battleship. Futur chef d’œuvre ? Se dirige t’on vers un naufrage (du titanic) ? Je vais vous donner des indices : patriotique, transformers, zéro + zéro. Vous avez trouvé ? Non ? Retrouvez la réponse dans la suite ………

 

Synopsis du film (source Allociné) :

Océan Pacifique… Au large d’Hawaï, l’US Navy déploie toute sa puissance. Mais bientôt, une forme étrange et menaçante émerge à la surface des eaux, suivie par des dizaines d’autres dotées d’une puissance de destruction inimaginable. Qui sont-ils ? Que faisaient-ils, cachés depuis si longtemps au fond de l’océan ? A bord de l’USS John Paul Jones, le jeune officier Hopper, l’Amiral Shane, le sous-officier Raikes vont découvrir que l’océan n’est pas toujours aussi pacifique qu’il y paraît. La bataille pour sauver notre planète débute en mer.

Scénario + acteurs = la tête à toto !

Fallait quand même oser : pondre un scénario d’un film tiré d’un jeu de société comme la bataille navale. Pourquoi pas après tout. Mais en fait, n’y allant pas par quatre chemins : le scénario est catastrophique. Pour faire simple : suite à un message/signal envoyé dans l’espace, des extraterrestres tout vénère débarquent dans l’océan pacifique … le tout avec comme fil rouge : une histoire de burrito. Hélas, je ne rigole pas pour l’histoire du burrito.

Je vous passe l’introduction du film sur fond de musique de la panthère rose pour une scène plus stupide que comique (oui, l’histoire du burrito commence ici). Pour faire dans le neuf, on a encore droit à une destruction des principales grandes villes de la terre -d’ailleurs le passage sur Hong Kong ressemble à tout sauf à Hong Kong mais bon-. J’ai toujours été subjugué par la connaissance des extraterrestres pour la géographie de la planète terre : ils détruisent toujours les bonnes villes/capitales/grosses villes. De quoi rendre jaloux les journalistes des chaines de TV américaines. On a même droit à un remake de Armageddon et ses papys qui reprennent le boulot à bord d’un vieux rafiot pour combattre les envahisseurs.

Bien évidement, on n’oublie pas les poncifs du genre : les larmes (relation entre les deux frères), les grands moments héroïques, le surpassement de soi pour lutter contre l’envahisseur (un black qui a perdu ses deux jambes et qui n’avait plus envie de rien se surpasse et botte les fesses du méchant alien -quelle belle thérapie et quel beau message : l’américain même avec deux jambes en moins prêt à lutter et gagner contre l’envahisseur/l’étranger), … Bref, tout les poncifs des blockbusters hollywoodien dans toutes leurs splendeurs. A la rigueur, cela pourrait passer si c’était fait avec subtilité …

C’est bien beau tout ça, on parle du scénario et vous vous dites : quel est le rapport avec le jeu de société « touché-coulé ? En fait, il est mince, très mince : limite anorexique. Dans quelques scènes du film, ils font mumuse avec de gros bateaux contre les « navires » des extraterrestres, cela ressemble vaguement au jeu de société. C’est plus pour dire que c’est basé sur le jeu de société qu’autre chose. Par contre, il faut bien avouer que quelques scènes de batailles navales pourraient sauver une partie du film si on est indulgent (et encore).

Ah oui, tant que l’on parle du scénario, merci d’oublier de suite les questions existentielles sur les extraterrestres du genre : d’où viennent ils, que veulent ils, … je crois que même les scénaristes n’ont pas réfléchi à la question. Pas assez de place sur leur timbre post au moment d’écrire le scénario. Tout est le problème de broder un film autour d’une idée à la c*n : à un moment, cela commence à se voir que c’est creux.

Coté acteurs, on trouve : un Liam Neeson pour qui l’appel du coté obscur du chéquier est plus fort que la force et avouons le, qui se demande ce qu’il fout là, on a aussi un jeune blanc-bec comme héros du film au QI proportionnelle à la qualité du scénario, sans oublier la cerise sur le gâteau, la plus grande actrice : une Rihanna que l’on connait plus pour son imitation d’un césar que pour son talent de chanteuse et qui dans le film doit avoir trois lignes de dialogues à tout casser. Coté envahisseurs, c’est du vu et revu. Ils ne font pas peur, donne l’impression d’être échappé d’un jeu vidéo à petit budget. N’ayant pas peur des mots, les acteurs et le scénario font jeu égal dans la médiocrité.

Le second naufrage du titanic ?

Le film commence à sentir le sapin et ce n’est pas du coté de la mise en scène que cela va s’arranger. C’est simple : prenez un réalisateur de clip musical atteint de la maladie de Parkinson qui s’est donné comme but ultime de rendre épileptique un aveugle. Résultat : mission accomplie ! J’imagine que vous visualisez le résultat (enfin si vous comprenez ce qui se passe à l’écran). C’est dans la même veine que Transformers et cie : ça va super vite, ça explose dans tout les sens et c’est une véritable bouillie à l’écran. Les SFX sont bien réalisés mais encore une fois, on se croirait devant Transformers, les extraterrestres sont quelconques, … Le pire est qu’il n’y a rien pour sauver le film du naufrage, même le spectateur sort de la séance avec des stigmates du film : on a mal à la tête, les yeux rouges et les oreilles en sang.

On récapitule : un scénario bidon, des acteurs mauvais, des effets spéciaux vu et revu. Ah oui, on va quand même parler de la fin du film. Je vais oser vous spoiler la fin du film : rassurez-vous les gentils américains ont sauvé le monde (y a un ou deux japonnais dans le lot). Mais surtout à la fin tout comme au début du film, la discussion porte sur le burrito : la boucle est bouclée et l’honneur est sauf. N’en jetez plus, passez votre chemin. Pour le bien de votre santé mentale, ne regardez pas ce film.

Et la prochaine fois, on aura droit à quoi ? Un film sur Dessinons la mode ? Un film sur le jeu de société Puissance 4 ? J’imagine déjà le scénario de fou et la mise en scène épileptique … Toujours est il que je souhaite féliciter toute l’équipe du film. Je ne pensais pas que l’on pourrait faire pire que la saga Transformers, pourtant ils viennent de nous prouver le contraire. Rien que pour cela, on se souviendra de ce film … à défaut du contenu film en lui même.